Billetterie Centre culturel suisse : Réservez votre billet

CARTE BLANCHE À LA HEK (HOUSE OF ELECTRONIC ARTS BASEL)

CARTE BLANCHE À LA HEK (HOUSE OF ELECTRONIC ARTS BASEL)

  • 11, 12 et 14 déc. 2019 à 18 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Lors d’une série de soirées de projections, performances et discussions, la House of Electronic Arts Basel (HeK), institution dédiée à l’art et à la culture numérique, présente une sélection d’oeuvres en lien avec son programme lié à l’intelligence artificielle et le post humanisme. Les artistes présentés au CCS explorent de nouvelles formes d’interaction entre les humains et les agents artificiels, et se penchent sur une possible coexistence future avec des machines auxquelles on accorde une place grandissante dans nos sociétés.


SHEMS BENDALI QUINTET

SHEMS BENDALI QUINTET

  • Mer. 8 janv. à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

S’inscrivant dans la tradition d’un jazz aventureux et ouvert, perméable aux esthétiques musicales actuelles sans jamais les singer, la musique du quintet prend de multiples formes : tantôt vindicative, tantôt fragile, toujours habitée. Les compositions du jeune trompettiste Shems Bendali, épurées, lyriques ou incisives, sont pensées comme des étincelles venant embraser le jeu collectif, chaque musicien étant à même de nourrir et d’orienter ce foyer musical commun.


TERESA VITTUCCI, Hate me Tender

TERESA VITTUCCI, Hate me Tender

  • 15 et 16 janv. 2020 de 20 h à minuit
  • Centre culturel suisse - Paris

Dans sa recherche chorégraphique-performative autour de la haine et du féminisme, Teresa Vittucci complexifie l’une des figures féminines les plus indéfectibles, la Vierge Marie. Révérée par les prélats comme la mère de Dieu, critiquée par certains mouvements féministes pour les stéréotypes qu’elle véhicule, la Vierge est une figure largement polarisée. Dans Hate me, Tender, Teresa Vittucci libère l’icône sainte de ses attributs sacrés et purs et entreprend une tendre croisade pour réhabiliter la matriarche Marie dans son rôle de puissante héroïne et d’ambassadrice d’un féminisme queer, armée uniquement d’un coeur vulnérable et compatissant.


VERS UNE ARCHITECTURE NUMÉRIQUE

VERS UNE ARCHITECTURE NUMÉRIQUE

COMPLET
  • Mar. 21 janv. à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Le bouleversement numérique dans le domaine de l’architecture est souvent considéré comme un phénomène qui consiste dans l’accélération des processus et dans la manipulation de quantités de données. Mais il permet aussi de réfléchir à des espaces que nous ne pourrions pas même imaginer, de développer des matériaux expérimentaux et de modifier la manière de communiquer de toutes les parties impliquées dans un projet.


Discussions avec (sous réserve) : Matthias Kohler, ETH Zurich, directeur de fondation du Pôle de recherche « Fabrication numérique », Jason Frantzen, Senior Partner chez Herzog & de Meuron, Antoine Picon, GSD Harvard et École des Ponts, Emmanuel Caille, rédacteur en chef de d’a.


Cindy Van Acker au Carreau du Temple "Speechless Voices"

Cindy Van Acker au Carreau du Temple "Speechless Voices"

  • 23 et 24 janv. 2020 à 19 h 30
  • Le carreau du temple - Paris

"Speechless Voices" (2018) est un poème chorégraphique composé en hommage à Mika Vainio, compositeur de musique électronique avec qui Cindy Van Acker a souvent collaboré, disparu en 2017. « Nous avions une communication intuitive, intense, souvent sans mots. Nous avions une voix commune qui se posait ailleurs. » "Speechless Voices" cherche à inventer un langage partagé pour emplir l’espace, entrer dans le corps des spectateurs, se connecter à l’autre.


STEFAN KAEGI — RIMINI PROTOKOLL, Uncanny Valley

STEFAN KAEGI — RIMINI PROTOKOLL, Uncanny Valley

  • Jeu. 30 janv. à 20 h + autres dates
  • Centre culturel suisse - Paris

Lorsqu’elle est trop grande, la ressemblance entre robot et humain éveille la méfiance. Elle met en doute la limite qui distingue encore l’homme de la machine, et ainsi, les certitudes qui définissaient jusque-là notre humanité. Cette zone de trouble, que le professeur de robotique japonais Masahiro Mori a qualifiée de « vallée de l’étrange » (uncanny valley), constitue le point de départ de la pièce. Pour cette nouvelle création, Stefan Kaegi a collaboré avec l’auteur Thomas Melle, dont l’apparence physique a servi de modèle pour le développement d’un robot humanoïde qui se substitue à l’acteur et évolue sur scène en soulevant la question du devenir de l’original lorsque la réplique artificielle prend le dessus.


WHERE BODIES MEET — MACHINIMA

WHERE BODIES MEET — MACHINIMA

  • Sam. 1er févr. de 13 h à 17 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Where bodies meet autour de l’exposition de Mélodie Mousset se conclut avec un atelier « Machinima » animé par Isabelle Arvers. Inspiré des machinimas, films expérimentaux réalisés à partir de séquences de jeux vidéos, il propose d’inventer de nouvelles narrations filmiques. Isabelle Arvers est autrice, curatrice et artiste. Elle explore l’immatériel à travers des relations entre l’art, le gaming, internet et d’autres formes de réseaux. Son projet Art + Games World Tour cherche à relier espaces, géographies, corps et rencontres virtuels et réels.


Afro-Modernity and Feminist Discourse

Afro-Modernity and Feminist Discourse

  • Sam. 15 févr. à 16 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Cet événement clôt l'exposition de Senam Okudzeto "We Wanted the Object to be the Subject (Before We Wanted the Reverse)".
L'artiste présente une lecture performée qui questionne les idées de Lacan sur la race, le genre, la sexualité. Cette présentation, ici actualisée, avait été créée en 2005 pour le symposium universitaire “Plaisir, performance, jeu: Pratiques de l’insubordination et refus de la discipline dans la pratique et la théorie artistique” (2005, Atlanta, Conférence annuelle de la CAA, College Art Association). Elle est conçue pour accompagner la vidéo de l’installation "The Dialectic of Jubilation" (2002-2005) presentée dans l’exposition. Depuis sa création, cette performance ne fut présentée qu’une seule autre fois, en 2006, lors de l’exposition "The Whole World Is Rotten" au Centre d’art contemporain de Cincinnati. Une discussion s’ensuivra entre Senam Okudzeto et Kathryn Weir (Centre Pompidou - Directrice du développement culturel et Commissaire de "Cosmopolis"), ainsi qu’avec d’autres invité.e.s.