Billetterie Centre culturel suisse : Réservez votre billet

Carte blanche à la Montreux Jazz Artists Foundation

Carte blanche à la Montreux Jazz Artists Foundation

  • Du 28 au 30 avril 2017 à 20 h
  • Centre Culturel Suisse -
  • vendredi 28 avril / 20 h hors les murs - Église des Blancs-Manteaux STEFAN RUSCONI ET TOBIAS PREISIG - "LEVITATION" Levitation, projet atmosphérique, unit l’orgue de Stefan Rusconi au violon de Tobias Preisig. L’ensemble expérimental alterne vibrations profondes et mélodies aériennes, suspendues sous les voûtes immenses de l’église des Blancs-Manteaux. Entrée 12 rue des Blancs-Manteaux, 75004 Paris à quelques pas du Centre culturel suisse

    samedi 29 avril / 20 h au CCS RODOLPHE BURGER ET STADE (Pierre Audétat et Christophe Calpini) Rodolphe Burger a joué sur le dernier album de Stade, Shoes for Sale, et a collaboré avec Christophe Calpini pour la réalisation de son dernier opus, Good. Ce concert exceptionnel proposera un répertoire croisé inédit.

    dimanche 30 avril / 20 h au CCS à l'occasion de l'International Jazz Day NIK BÄRTSCH Marqué par la pensée de John Cage et de Morton Feldman, Nik Bärtsch pratique un « zen-funk » aux confins du jazz, de la musique contemporaine minimaliste et du funk, mêlant interprétation, composition et improvisation.

    Directrice artistique : Stéphanie-Aloysia Moretti En partenariat avec Libération et Radio Neo

    Légendes : Rodolphe Burger / © Julien Mignot Stefan Rusconi et Tobias Preisig, Levitation / © Medhi Benkler

Louis Jucker & Charlie Bernath - Gravels

Louis Jucker & Charlie Bernath - Gravels

  • Jeu. 4 mai à 20 h
  • Centre Culturel Suisse -
  • Louis Jucker, musicien lo-fi folk bricoleur, s’accompagne de Charlie Bernath, autre génie des sons organiques avec lequel il a réalisé la musique magique du spectacle Rentrer au Volcan d’Augustin Rebetez. Ils présentent ensemble Gravels, premier disque en commun, doux et boisé. Ils débarquent avec une armada d’appareils hors d’âge, installent une station spatiale pour folk naïve et manipulent des boutons comme on module des rêves. La première partie de la soirée est présentée avec l’association « En Veux-Tu En V’là », collectif hyperactif de jeunes punks organisant des concerts bruitistes. En marge du concert, Louis Jucker présente également son Folk-O-Mat, « une cabine d’isolement relatif pour intimité sonore en public ».

    Louis Jucker : chant, guitare, harmonium, brocante Charlie Bernath : Dobro, percussions et manipulations sonores

    En partenariat avec Radio Neo

    Légendes : Louis Jucker & Charlie Bernath, Gravels / © Augustin Rebetez L'altro Mondo Processus / © Louis Jucker

Prix suisse de musique : immersion

Prix suisse de musique : immersion

  • Du 16 au 18 mai 2017 à 20 h
  • Centre Culturel Suisse -
  • Le Prix suisse de musique, décerné par l'Office fédéral de la culture, récompense « la création musicale suisse exceptionnelle et novatrice ». Le CCS présente 6 concerts donnés par 7 des 45 lauréats des éditions 2014 à 2016. Programmation établie par Martine Chalverat, responsable de la musique à l’Office fédéral de la culture, en dialogue avec le CCS.

    MARDI 16 MAI / 20 h > Colin Vallon Trio Pianiste prodige, Colin Vallon fonde son trio en 1999. Aujourd’hui formé de Patrice Moret à la contrebasse et Julian Sartorius à la batterie, le trio s’est produit sur les plus grandes scènes jazz… ses derniers albums sont signés ECM Records. > Reverend Beat-Man Autoproclamé « roi du rock'n'roll primitif et du trash blues », Reverend Beat-Man prêche sur les scènes les plus variées. Inventeur d’un mélange unique de psychobilly et de garage punk, il est aussi fondateur de son propre label, Voodoo Rhythm Records.

    MERCREDI 17 MAI / 20 h > Norbert Möslang & Julian Sartorius Norbert Möslang (ex Voice Crack) propose une approche inédite de la « musique de bruits ». Lors d’un set inédit, il s’associe au batteur et percussionniste Julian Sartorius. > Bombers Bombers est le projet rare de Christian Pahud, Michel Blanc et Mark Blakebrough, membres de Honey For Petzi, Larytta ou Brazen, qui ici expérimentent des sonorités kraut et noisy.

    JEUDI 18 MAI / 20 h > Greenwoman (Malcolm Braff) Greenwoman est le groupe jazz-pop-électro mené par Malcolm Braff, pianiste à l’énergie volcanique et adepte du Fender Rhodes. Avec Claire Huguenin, Lukas Koenig, Franco Mento et Björn Meyer. > OY Le duo composé de Joy Frempong et Lleluja-Ha présente un « space opera » qui raconte, à l’aide de voix, d'électro et de percussions, un avenir prospère de l'humanité sur une planète appelée « Diaspora spatiale ».

    Un film en réalité virtuelle sur plusieurs lauréats est aussi à découvrir du 9 au 21 mai.

    En partenariat avec Libération et Les Inrockuptibles

    Légendes : OY / © Sash Seurat Samson Reverend Beat-Man / © Yoshiko Kusano Colin Vallon Trio / © Nicolas Masson Julian Sartorius / © Medhi Benkler

Thomas Hauert / Gabriel Schenker

Thomas Hauert / Gabriel Schenker

  • 23 et 24 mai 2017 à 20 h
  • Centre Culturel Suisse -
  • > Thomas Hauert, (sweet) (bitter) - Solo, 2015, 30’ Dans (sweet) (bitter), Thomas Hauert danse sur les multiples interprétations du madrigal baroque Si dolce è’l tormento de Monteverdi, en interaction avec les 12 Madrigali de Sciarrino. Ce poème musical de l’amour contrarié apparaît comme un conflit entre le plaisir de disposer d’un idéal et le tourment de savoir qu’il ne sera jamais atteint. Concept, chorégraphie et danse : Thomas Hauert / lumière : Bert Van Dijck / costume : Chevalier-Masson / musique : Claudio Monteverdi, Salvatore Sciarrino Production : ZOO / Thomas Hauert / coproduction : Charleroi Danses / avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles ; Pro Helvetia ; Vlaamse Gemeenschapscommissie ; Lotterie-Fonds des Kantons Solothurn. Les 17 et 18 mai Thomas Hauert présente Inaudible au Centre Pompidou et le 30 mai aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis.

    > Gabriel Schenker, pulse constellations - Solo, 2016, 26’ Véritable kaléidoscope de 24 sections rythmiques, le solo de Gabriel Schenker, pulse constellations, fait écho à la composition écrite en 1978 par John McGuire, Pulse Music III. Le chorégraphe et danseur déconstruit et reconstruit la toile complexe des pulsations musicales, explore les limites entre le mathématique et l’organique, entre la précision numérique de la musique électronique et l’imprécision analogique d'une danse. Gabriel Schenker danse entre autres pour Thomas Hauert et enseigne à ses côtés à la Manufacture, haute école des arts de la scène à Lausanne. Concept, chorégraphie et danse : Gabriel Schenker / musique : Pulse Music III, John McGuire Production : Caravan (Bruxelles) / coproduction : STUK, TAKT, Tanzhaus Zürich, Charleroi Danses, BUDA

    En partenariat avec Libération, Ballroom

    Légendes : Thomas Hauert, (sweet)(bitter) / © Filip Vanzieleghm Gabriel Schenker, pulse constellations / © Bart Grietens

Marion Duval - Claptrap

Marion Duval - Claptrap

  • Du 30 mai à 20 h au 2 juin 2017 à 22 h 45
  • Centre Culturel Suisse -
  • Sur scène, Marion Duval et Marco Berrettini livrent une confession embarrassante sur leurs vies. Réflexions, blessures, espoirs, défis et échecs disent leurs existences et nous invitent à en chercher le sens. Mais celui-ci n’est pas facile à attraper : il apparaît, se transforme, s’échappe, ou s’écroule sous le poids de l’incohérence. Alors, quand soudain, on le voit ressurgir à l’horizon tel un géant vert qui s’en irait faire son jardin, on croit voir le Père Noël, mais c’est un soulagement. En multipliant les allersretours entre proximité et distance, confession et mythomanie, comédie et drame, Claptrap tisse un piège vertigineux où il n’est permis ni de croire ni de douter.

    Conception : Marion Duval / interprétation : Marion Duval et Marco Berrettini / collaboration : Louis Bonard / dramaturgie : Adina Secretan / scénographie : Florian Leduc / costume : Severine Besson / sculpture : Djonam Saltani / lumière : Antoine Frammery / son : Olivier Gabus Coproduction : Chris Cadillac, TU - Théâtre de l’Usine, Centre Culturel ABC

    En partenariat avec Ballroom

    Légende : Claptrap, Marion Duval, 2016 / © Dorothée Thébert