Billetterie Centre culturel suisse : Réservez votre billet

DELGADO FUCHS & GUESTS

DELGADO FUCHS & GUESTS

  • 17 et ven. 18 janv. à 18 h + autres dates
  • Centre culturel suisse - Paris

Trois jours de fêtes les 17 et 18 janvier au Centre culturel suisse de Paris, et le 19 janvier au Centquatre, marquent le début de la nouvelle direction et de la nouvelle identité du CCS.

Jeudi 17 et vendredi 18 janvier 2019 Delgado Fuchs & guests Malcolm Braff, Krassen Krastev, Emma Murray, Julian Sartorius, Till Hillbrecht, Alexandre Rabineau et Simone Felber

Invités à investir les lieux lors de deux soirées au Centre culturel suisse, les Delgado Fuchs se démultiplient et convient dans le jeu quelques-uns des artistes qu’ils estiment : Malcolm Braff, Krassen Krastev, Emma Murray, Julian Sartorius. Entre danse, arts performatifs, arts visuels, installations et musique, Marco Delgado et Nadine Fuchs affirment leurs penchants pour la fluidité, la transdisciplinarité, la germination et les connivences. Les propositions se déroulent en géométries variables, et offrent un environnement immersif et contrasté au public, pour exciter sa curiosité et pour l’amener à déambuler au gré de ses découvertes.

Delgado Fuchs Horsetail Knickerbelt Installation, performance, projection & dégustation Jetant des ponts entre réel et représentation, image et présence, mouvement et immobilité, Horsetail Knickerbelt propose un jeu d’échelle entre l’immensité d’un paysage naturel autour de corps qui semblent minuscules et le paysage comme rétréci de l’installation, duquel les corps émergent tels des géants. Avec la collaboration gourmande d’Alexandre Rabineau. Le BUMPlab

Nirvana Performance Entre travestissements et séduction, Nirvana déploie un inventaire sensible de postures emblématiques, qui composent notamment le langage corporel de diverses disciplines sportives, et de poses érotiques. L’élan sexuel vers l’autre, l’Eros, se mue en recherche de parfaite connivence et de transcendance, au-travers d’une gestuelle parfaitement accordée.

Heroes Performance

Cliquetant, grinçant, raides et silencieux : ces personnages encarapaçonnés sont-ils menaçants ou bienveillants ? Et d’abord, qui sont-ils et que sont-ils ? Jouant sur le mystère et l’ambivalence, cette performance s’amuse à déconstruire les représentations du corps. Ces héros anachroniques exhibent leurs improbables prouesses. Derrière la célébration enjouée de la banalité se profile le rejet d’un héroïsme creux, sans ancrage ni objet.

A Normal Working Day Installation Delgado Fuchs avec le plasticien Zimoun.

A Normal Working Day questionne, en mouvements et en images, les notions d’identité et d’individualité, les stéréotypes, les représentations et les interprétations qui y sont associées. Les mises en scènes révèlent les effets du langage corporel, de l’habillement, du travestissement, de la posture et des situations qui résultent de leur combinaison. www.a-normal-working-day.com

MALCOM BRAFF Concert Pour cet événement de lancement, le gourou du Jazz suisse livre une performance totalement inédite. Habité par toutes ses influences musicales, du Brésil à l’Afrique, Malcom Braff fait sonner le piano du CCS au-delà de ses limites…

KRASSEN KRASTEV Bang Gang / GGGang Performance « Dans cette pièce, j’entends montrer un corps ‘’parfait’’, narcissique. Je veux aussi faire émerger une créature, une persona évoluant entre désir et répulsion. Cette figure ambivalente, je cherche à l’encadrer, à la nommer, à l’enfermer, comme dans une seconde peau, dans ce but : d’une part, admettre que ce personnage est une personne ; d’autre part, inciter les spectateurs à l’accepter. » Performance : Krassen Krastev / costume : Scilla Ilardo / Musique : Deru, Göem, Andy Sttot

EMMA MURRAY MOTHA*FUCKA Performance Emma Murray dévoile des parallèles subversifs entre son rôle de mère, d’artiste-performeuse et de chorégraphe. Le corps, successivement maternel et monstrueux, devient le lieu et l’enjeu des questions d’identité, d’indépendance et d’amour. Le public est invité à prendre position dans l’espace dynamique de la performance qui lie et sépare et dans lequel les limites de la détermination corporelle sont aussi poreuses que révélatrices de puissance.

JULIAN SARTORIUS Concert Une batterie disséquée / Des matériaux – les plus divers / Des sons acoustiques / Des beats expérimentaux – qui ne sonnent pas comme ceux d’une batterie traditionnelle / Des rythmes / Des rythmes / Des rythmes Avec ses rythmes, Julian Sartorius repousse les limites stylistiques et musicales, fusionnant hip-hop et une forme unique d’abstract electronica. Souvent, il conçoit ou assemble ses batteries à partir de matériaux et textures inhabituels et révèle les infinies possibilités de ses instruments.

« AKSHAM » : ELINA DUNI, DAVID ENHCO ET MARC PERRENOUD

  • Mer. 23 janv. à 20 h + autres horaires
  • Centre culturel suisse - Paris

Une exclusivité pour ce premier rendez-vous Jazz au CCS : la découverte, quelques jours avant sa sortie, de l’album « Aksham », composé par un quintet inédit franco-helvético-albanais …

« Les compositions d’Elina Duni, de Marc Perrenoud, de David Enhco, de Florent Nisse se rencontrent comme naturellement à la croisée de leurs styles respectifs : mélodies puissantes, harmonies à la fois simples et raffinées, ostinati envoutants. Des beaux textes de Joyce et de Verlaine côtoient avec amitié les états d’âme savamment naïfs d’Elina Duni. Des personnalités fortes qui fondent leurs solismes dans un jeu d’ensemble intimiste : la lionne Elina Duni se fait chatte, tout en sensuelle caresse. Le radieux Marc Perrenoud ombrage son jeu, enrobe avec tendresse la voix lancinante. Le tranchant David Enhco arrondit les angles, imprime des ambiances de sous-bois à ses contrechants et volutes lyriques. Les subtils Florent Nisse et Fred Pasqua tissent sous les pas de ce lumineux trio un chatoyant et ondulant tapis de feuilles d’automne. » — Valentin Peiry

L’album paraît en février 2019 sur le label Nome. Elina Duni : chant David Enhco : trompette Marc Perrenoud : piano Florent Nisse : contrebasse Fred Pasqua : batterie

LAURENCE YADI & NICOLAS CANTILLON / EDOUARD HUE

LAURENCE YADI & NICOLAS CANTILLON / EDOUARD HUE

  • Du 29 au 31 janv. 2019 de 20 h à 22 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Dans le cadre du festival de danse Faits d'hiver 2019 - 21ème édition

LAURENCE YADI & NICOLAS CANTILLON "Today" Pour la première fois depuis la création de la Compagnie 7273, Laurence Yadi, danseuse et chorégraphe, est seule en scène. Dans cet imbroglio personnel si particulier, énergique, stimulant, entre confidence et défi. Dire mais pas trop, donner mais à juste titre, évoquer mais précisément, tout en laissant grandes ouvertes les évocations possibles… Today, cosigné avec Nicolas Cantillon, creuse une démarche développée précédemment et qui les habitent : « faire le pari d’un mouvement continu, nourri par l’envie de flirter avec l’infini et ajuster, puis sculpter le corps dans une transe qui en révèle l’intimité autant que son universalité. » Ce chemin trouve dans ce solo une forme exemplaire, portée par une musique envoûtante, et incarnée par un corps implacable, engagé, affuté, imposant. Chaque mouvement tel les vagues de la marée montante apporte une avancée, d’abord discrète mais finalement inéluctable, une pulsation qui convoque, une implacable trépidation.

Chorégraphie, concept : Laurence Yadi, Nicolas Cantillon / Interprétation : Laurence Yadi / Composition musicale : Maurice Louca / Création lumière : Ursula Degen / Régie : Arnaud Viala ou David Kretonic / Diffusion sonore: Thierry Simonot - EDOUARD HUE "FORWARD" D’abord un espace volontairement nu, neutre, capable d’accepter et de recevoir le corps du danseur, Edouard Hue, lui-même chorégraphe de FORWARD, solo qui tente de solder les diverses influences et références d’un parcours déjà riche. Réinterroger les fondamentaux de sa danse est pour lui retourner au studio bien sûr mais aussi l’occasion de rouvrir le laboratoire de recherche. Sans perdre l’objectif d’une position franche, affirmée, de mettre en avant et en scène « une organicité radicale ». Soit la nécessité de trouver une sorte de corps primitif dont les limites sont à découvrir ou inventer. Ainsi l’explosion, l’étoilement sont des principes de composition de cette dépense impressionnante. Il s’agit de « percer l’espace » dans tous les sens, de passer du repli à l’ouverture, de l’exploration à la concentration. Puissamment. Les aller-retour incessants de ce corps habité renvoient finalement au processus de création lui-même qui tente de s’architecturer dans ces incertitudes, ces carrefours successifs, qui obligent à reprendre, relancer, réinterroger. Edouard Hue nous convie donc au partage de l’expérience essentielle de la danse.

Chorégraphe, danseur : Edouard Hue / Assistante création : Yurié Tsugawa / Compositeur : Charles Mugel / Créateur lumières : Arnaud Viala / Conseils dramaturgiques : Merel Heering / Répétitrice : Sophie Ammann

Métros : 1 : Saint-Paul (360m) 7 : Pont Marie (486m)

Tarifs : Plein tarif : 12 € Tarif réduit : 7 €

Contact : Faits d'hiver et ccsparis.com

STEFAN HORT

STEFAN HORT

  • Mar. 5 févr. à 20 h + autres dates
  • Centre culturel suisse - Paris

STEFAN HORT / Solution intermédiaire Cirque contemporain

Compagnie.sh Stefan Hort "Solution intermédiaire" (60’, 2018, première française)

Le jeune metteur en scène valaisan Stefan Hort convoque sur scène la force et la prouesse technique du circassien Jonathan Fortin et les sons lunaires et virtuoses du trompettiste Yannick Barman. Solution intermédiaire prend le mythe d’Icare pour point de départ. Le spectacle explore diverses solutions « intermédiaires » que nous serions contraints d’adopter pour assurer notre (sur)vie : une position moyenne, entre deux mesures, deux pôles; l’une comme l’autre de ces extrémités pouvant être potentiellement dangereuse. Sur scène, Yannick Barman, mêlant cuivres et musique électronique répond à Jonathan Fortin, sangliste et artiste de cirque. De Dédale à Icare, de Yannick à Jonathan, il est ici question d’envie de liberté, pour arrêter de se perdre.

mise en scène : Stefan Hort avec : Yannick Barman (musique) et Jonathan Fortin (sangles, cirque) (lors de la création 2018 : Anthony Weiss) scénographie : Fred Baudouin / lumières et régie : Pierre-Nicolas Moulin / assistance à la création : Rachel Morend / chargée de production : Jeanne Quattropani

Partenaire média La Terrasse

YANNICK BARMAN

YANNICK BARMAN

  • Wed 6th of feb at 20:00
  • Centre culturel suisse - Paris

Yannick Barman "Stalker" Pour ce deuxième rendez-vous Jazz, le trompettiste Yannick Barman propose une immersion sensuelle inspirée des images étranges et inquiétantes du film culte Stalker d’Andrei Tarkovsky.

...What was it? Did a meteor fall down? Was it a visit by citizens of the vast space? So or otherwise in our little country appeared the greatest miracle of miracles – the ZONE. We sent there the troops immediately. They did not come back. Then we surrounded the ZONE with police cordons... And, I suppose, that was the right thing to do... Actually, I don’t know, I don’t know...

Yannick Barman – trompette, ordinateur, vidéo / Maxime Gianinetti – vidéo live / Jean Morisod – dessin live Yannick Barman joue également dans Solution intermédiaire de Stefan Hort du 7 au 8 février au CCS

En partenariat avec TSF Jazz et La Terrasse

JULIAN VOGEL ET JOSEPH STILLER

JULIAN VOGEL ET JOSEPH STILLER

  • Ven. 8 févr. à 14 h 30
  • Centre culturel suisse - Paris

Cirque contemporain

Julian Vogel et Josef Stiller "Klub Girko" (2018, 55’) 122 x 244 – and a lot of little pieces

Deux personnes, une planche de 122x144 cm, du bois, en 300 petits morceaux. Dans cette performance, deux artistes étudient la métamorphose d’un matériau, qu’ils envisagent comme une métaphore de leur relation. Ils explorent la notion d’équilibre avec des objets et sur des objets, se retrouvent dans diverses situations de dépendance et de confiance, de puissance et de sensibilité entre bâtons volants et planches flottantes. 122x244 - et beaucoup de petits morceaux est la première production de la compagnie KLUB GIRKO, fondée en 2017, qui met en relation les techniques du cirque et le théâtre, la danse, la musique et les arts visuels. Julian Vogel et Josef Stiller sont lauréats 2018 de la première bourse d’écriture pour le cirque mise en place par la Société Suisse des Auteurs et l’association ProCirque.

Création et performance : Josef Stiller & Julian Vogel / Avec le soutien de : Jonas Althaus, Sebastian Kann et Wendy Moonen

Partenaire média La Terrasse

MELISSA VON VEPY suivi de JULIAN VOGEL

MELISSA VON VEPY suivi de JULIAN VOGEL

  • Mar. 12 févr. à 20 h + autres dates
  • Centre culturel suisse - Paris

Cirque contemporain

Mélissa von Vépy "L’Aérien" (2017, 35’) suivi de Julian Vogel "China Series#1"

Pour cette deuxième semaine consacrée au cirque contemporain suisse, le CCS présente deux soli. Ces petites formes créent une proximité particulière entre le circassien et le spectateur, touchant ensemble au risque, aux sens, à la performance et à la poésie.

Melissa von Vépy L’Aérien (2017, 35’) L’Aérien est une conférence sur l’homme et les airs. Mythologie, gravité, apesanteur et légèreté sont abordés sous l’angle poétique, scientifique et philosophique, puis bascule vers le langage du corps. « Qui n’a pas regardé un oiseau en imaginant être à sa place ? Mais pour ce qui concerne les humains, il n’y aura que nos muscles, nos nerfs, notre sueur, le soutien laborieux de la technique et le génie fou de la science pour frôler la céleste illusion… »

Mise en scène, interprétation : Mélissa Von Vépy / Texte et collaboration à la mise en scène : Pascale Henry / Scénographie : Neil Price / Son : Jean-Damien Ratel / Lumière : Xavier Lazarini / Costume : Catherine Sardi

Julian Vogel China Series#1 (2018, 20’, première française) China Series#1 s’attache à la déconstruction et à la reconstruction du diabolo, objet traditionnel du cirque, en utilisant pour matériau la céramique. L’objet, manufacturé par l’artiste, revêt plusieurs formes, toutes uniques. La performance évoque une forme de fragilité, de «cassabilité» des objets et des corps, mais aussi des situations et des relations.

122x244 avec Josef Stiller est présenté le 8 février au CCS

Distribution Création et interprétation : Julian Vogel assisté de Roman Müller

Partenaire média La Terrasse

HANS BLOCK & MORITZ RIESEWIECK "THE CLEANERS"

HANS BLOCK & MORITZ RIESEWIECK "THE CLEANERS"

  • Sam. 16 févr. à 17 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Film et débat

Hans Block & Moritz Riesewieck "The Cleaners" suivi de "L’image maudite", table ronde avec Laurent Huret, Yves Citton et Marie Lechner En lien avec l’exposition de Lauren Huret

Hans Block & Moritz Riesewieck "The Cleaners" 2018, 88’ Projection, 17h

Le documentaire The Cleaners, est une plongée dans l’industrie digitale parallèle aux Philippines, où des milliers de “content managers” nettoient internet de tout ce qui ne doit pas être vu. Le film présente les individus derrière cette profession invisible, et montre les effets globaux de cette censure en ligne. Montage: Philipp Gromov, Markus Schmidt, Hansjörg Weißbrich / Image: Max Preiss, Axel Schneppat / son : Karsten Höfer

L’image maudite Table ronde, 19h

Table ronde avec Lauren Huret (artiste), Yves Citton (Philosophe, Genève), Marie Lechner (curatrice, La Gaîté Lyrique) La projection est suivie d’une discussion autour des effets psychologiques et physiques de ces « images maudites », de l’absorption de contenus traumatiques et de la dimension sacrificielle de ce type de travail.

En partenariat avec La Gaîté Lyrique

ANTOINE JACCOUD, TIJS GOLDSCHMIDT, ARNO CAMENISCH

  • Mar. 19 févr. à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Littérature / débat

Antoine Jaccoud, Tijs Goldschmidt, Arno Camenisch Les hommes et les bêtes, l’expérience de l’altérité : table ronde dans le cadre du festival Lettres d’Europe et d’ailleurs.

Après avoir lu un extrait de son texte "Avant, dialogue entre deux bovins avant de partir à l’abattage", Antoine Jaccoud débat avec deux autres auteurs européens sur les rapports entre l’écrivain et la bête. L’homme et la bête ont en commun un certain nombre de savoir-faire, comme se nourrir, dormir ou se reproduire. Les bêtes en possèdent d’autres que les hommes ont enviés de tout temps, comme voler. Sans parole et morale, mus par l’instinct, les animaux représentent un autre mode d’être au monde que l’homme cherche à décrypter depuis toujours. Entre fascination, complicité, incompréhension et rapport de force, comment la littérature se positionne-t-elle face à cette altérité ?

Deux autres écrivains suisses sont invités à participer au Festival Lettre d’Europe et d’ailleurs : Dorothee Elmiger et Arno Camenisch. Le festival Lettres d’Europe et d’ailleurs s’intéresse cette année au débat contemporain sur la condition de l’animal.

Informations pratiques : Entrée libre Réservation indispensable et programme complet sur : ccsparis.com ou +33 (0)1 42 71 44 50

En partenariat avec le Festival Lettres d’Europe et d’ailleurs et Les Amis du Roi des Aulnes

AUGUSTIN REBETEZ & MARTIN ZIMMERMANN / Mr. Skeleton Party

AUGUSTIN REBETEZ & MARTIN ZIMMERMANN / Mr. Skeleton Party

  • Dim. 24 févr. à 23 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Film | Concert | Fête

Augustin Rebetez & Martin Zimmermann "Mr. Skeleton Party"

Pour fêter la dernière représentation du spectacle "Einz Zwei Drei" de Martin Zimmermann, le CCS propose un avant-goût sous forme de fête de l’installation Les catacombes de Mr. Skeleton, présentée du 21 juin au 14 juillet. Au menu, punk rock francophone et projections de quelques épisodes de la vie déjantée de Mr. Skeleton, une invention géniale de Martin Zimmermann et Augustin Rebetez.

Le spectacle - à voir absolument - "Einz Zwein Drei" du metteur en scène et circassien suisse Martin Zimmermann est une programmation du Théâtre de la Ville hors les murs au CENTQUATRE-PARIS.

En complicité avec le Théâtre de la Ville et Le CENTQUATRE-PARIS

LES SOEURS H

LES SOEURS H

  • Du 27 févr. au 1er mars 2019 à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Concert performé

Les sœurs h "In My Big Fireworks I Play to You the Final Bouquet" (50’, 2019)

Dans un entre-deux flottant trop rose et trop pailleté deux adolescent(e)s et un musicien naviguent à vue.

L’adolescence est un grand chantier construit sur des incertitudes dans lesquelles il est possible de se perdre avec joie. IN MY BIG FIREWORKS I PLAY TO YOU THE FINAL BOUQUET est un espace narratif hybride, où se mêlent vidéos, musique live, performance, écriture et instruments électroniques bricolés. Un mélange de genres et de disciplines où l’on explore le passage de l’enfance à l’âge adulte comme un plongeon dans l’inconnu, ou un feu d’artifice ! (au choix).

Musique live : Maxime Bodson / Performance : Clara Petit-Jean et Jeanne Wehrlin / Scénographie : Marie Szersnovicz / Vidéos, textes : Les sœurs h (Marie Henry et Isabelle Henry Wehrlin)

NICOLAS STOCKER

NICOLAS STOCKER

  • Mer. 6 mars à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Nicolas Stocker

Pour le troisième mercredi de Jazz de l’année, le CCS invite le jeune et talentueux drummer Nicolas Stocker. Il livre en exclusivité son premier opus SOLO, concocté lors d’une résidence à Berlin. Avec son projet solo, le batteur et percussionniste Nicolas Stocker mélange influences électroniques et improvisation. Doté d’un ingénieux jeu polyrythmique, le Zurichois développe un univers envoûtant avec de spectaculaires digressions mélodiques au son éthéré. Après avoir joué sur les plus grandes scènes (Berghain, Philarmonie d’Elbe, etc.) et festivals (NYC Winter Jazzfest, Montreux Jazz Festival, London Jazz Festival), en tant que sideman et co-leader de Nik Bärtsch Mobile et KALI, il présente au CCS son premier projet solo. Enregistré à Berlin et sobrement intitulé SOLO, son album sort sur le label Ronin Rythm Records de Nik Bärtsch.

En partenariat avec TSF Jazz

ROGER BOLTSHAUSER : l'architecture en pisé

ROGER BOLTSHAUSER : l'architecture en pisé

  • Jeudi 7 et jeudi 7 mars 2019 à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Construire avec de la terre a été pratiqué de diverses manières au cours des derniers millénaires : l’argile est disponible presque partout dans le monde et peut être traitée sans utiliser d’outils ou de machines. Avec les changements globaux du siècle dernier, les matériaux de fabrication industrielle ont cependant de plus en plus remplacé l’argile. Aujourd’hui, la question de la durabilité met de nouveau au premier plan les matériaux de construction. Dans ses recherches comme dans sa pratique, Roger Boltshauser explore le potentiel de la terre et contribue ainsi à la généralisation du procédé de construction en pisé.

Dans le cadre de Seeds & Soil rencontres, conférences, ateliers, performances du 7 au 9 mars

FRIEND/SHIPS / l’amitié comme moyen de transmission

  • Mer. 20 mars à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Design / Débat

Une soirée autour de l’idée de l’amitié comme moyen de transmission (dans toute son ambiguïté). Une incarnation de «l'amitié politique» en lisant et en discutant, en réfléchissant et en créant, à travers des rencontres et des liens. Cet événement fait suite au projet Body of Us, la contribution suisse à la London Design Biennale 2018.

Avec, entre autres ami.es : Rebekka Kiesewetter, curatrice de Body of Us, le collectif Continent, éditeurs de la publication éponyme et créateurs du groupe de lecture Reading Friendships, Ethel Baraona Pohl et César Reyes Nájera (dpr-barcelona).

AMI

  • Mardi 26 et mardi 26 mars 2019 à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Graphisme / conférence

Basé à Genève et fondé en 2011, le collectif AMI est aujourd’hui composé de Adeline Senn et Martin Maeder. Ils collaborent essentiellement avec des institutions culturelles ou publiques et des associations. La plupart de leurs productions sont des projets imprimés (affiches, livres, flyers, programmes, …). Ils aiment explorer les possibilités et limites des différentes techniques d'impression, toujours en adéquation avec le projet. Parallèlement à leur activité de graphisme, ils ont développé la maison d’édition Miami books, avec laquelle ils éditent des livres d’artistes et des essais.

JULIE GILBERT ET JEROME RICHER / Je ne suis pas la fille de Nina Simone

  • Du 9 au 12 avril 2019 à 20 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Théâtre "Je ne suis pas la fille de Nina Simone" / 2018, 90‘

Une nuit, dans un motel pourri d’Atlantic City, Nina et Nico se font face. Nina est blanche. Sa mère l’a appelée comme ça à cause de Nina Simone. Ce prénom est un héritage, presque une injonction. Nina Simone, un fantôme qui hante sa vie, une figure violente et bouleversante, qui cette nuit-là, la secoue au point de tout faire éclater. Le texte de Julie Gilbert questionne la figure de l'artiste en contradiction avec sa vie, le féminisme, les rapports homme-femme, le racisme, le rôle de l'art dans nos vies. Il est aussi le portrait d'une femme qui décide de se tenir debout et refuse de jouer un rôle de figurante dans sa vie. Chaque représentation de : Je ne suis pas la fille de Nina Simone est précédée de : Si t'es venu à Paris pour critiquer, t'aurais mieux fait de rester en Suisse. Depuis le CCS, depuis une zone intermédiaire, Julie Gilbert et Jérôme Richer lisent leurs écritures à quatre mains en cours- humeurs du jour- regards croisés sur l'état de l'ici. Environ 10 minutes.

Texte : Julie Gilbert / Mise en scène : Jérôme Richer / Jeu : Olivia Csiky Trnka, Mathieu Ziegler / Son : Malena Sardi / Vidéo : Louis Sé / Lumières : Joëlle Dangeard / Administration : Maël Chalard / Production : Compagnie des Ombres

En partenariat avec TSF Jazz et La Terrasse

JULIE GILBERT / Le banquet des auteurs

  • Sam. 13 avril à 20 h + autres horaires
  • Centre culturel suisse - Paris

Théâtre / banquet

« Un banquet, un banquet. On va se mettre à table quoi. Une table des négociations ? Une table de pourparlers ? On est forts en Suisse pour ça. Une table de victuailles ? Des dessous de table ? On est aussi assez forts en Suisse pour ça. Une table sur laquelle on peut monter ? Une table autour de laquelle on dirait des textes ? Une fête ? Un banquet des auteurs. »

Les auteur.es : Julie Gilbert, Jérôme Richer / Les co-lecteurs-trices : Olivia Csiky Trnka, Mathieu Ziegler

Tarif unique : 20 euros, repas compris

FERNAND MELGAR / À l’école des philosophes

  • 16 et 17 avril 2019 à 19 h
  • Centre culturel suisse - Paris

Film documentaire / débat Fernand Melgar "À l’école des philosophes"

„Je suis père de trois enfants en pleine santé. Lors de chaque grossesse, la mère et moi, nous sommes posés la même question : «Et si notre enfant n’est pas normal, qu’est-ce qu’on fait ?» Malgré une crainte sourde, c’est une question à laquelle nous n’avons jamais trouvé de réponse. C’est avec soulagement que nous avons entendu la sage-femme annoncer : « Félicitations, c’est un beau bébé. „ D’autres n’ont pas cette chance. Les beaux sentiments qui accompagnent une naissance se transforment en une grande souffrance, remplie de révolte et de tristesse. Et pourtant, lorsque les parents d’un enfant mentalement déficient témoignent, nous les entendons aussi dire le cadeau que la vie leur a fait. Pendant une année scolaire, dans une école spécialisée en Suisse romande, j’accompagne cinq enfants au début leur scolarité. Dans le style du cinéma direct que j’affectionne, mon regard se porte aussi bien sur leurs premiers pas à l’école que dans leur vie sociale et familiale.” Fernand Melgar

Informations pratiques : Mardi 16 et mercredi 17 avril à 19h Projections suivies d’une discussion avec Fernand Melgar

Tarif unique : 3 euros Réservation : ccsparis.com ou +33 (0)1 42 71 44 50